Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 00:32

 

On savait déjà que l’Eglise catholique considérait l’athéisme parmi « les faits les plus graves de notre société », cette affirmation étant écrite dans son « Directoire général pour la catéchèse ». Mais l’on ne savait pas pourquoi.

Dans un message du 6/08/2010 « aux jeunes du monde », afin de les inviter aux XXVI èmes journées mondiales de la jeunesse en 2011 à Madrid, le pape Benoît XVI a affirmé :  

 

« Or l’expérience enseigne qu’un monde sans Dieu est un enfer où prévalent les égoïsmes, les divisions dans les familles, la haine entre les personnes et les peuples, le manque d’amour, de joie et d’espérance. A l’inverse, là où les personnes et les peuples vivent dans la présence de Dieu, l’adorent en vérité et écoutent sa voix, là se construit très concrètement, la civilisation de l’amour, où chacun est respecté dans sa dignité, où la communion grandit avec tous ses fruits. » 

 

Ce message a été repris par les principaux medias et a été diffusé dans toutes les églises catholiques du monde entier ainsi que sur tous les sites internet catholiques. On peut donc considérer que des centaines de millions de personnes en ont eu connaissance.

Ce message du pape est très important car il informe enfin sur la réalité de la vie des athées et des dangers de l’athéisme. Il est d’autant plus important que ceux qui ont été dès leur naissance baignés dans la religion peuvent ne pas connaître cette triste et dangereuse réalité.

 

Ainsi, « les jeunes du monde » doivent savoir que l’athéisme a pour conséquence un monde si atroce qu’il est un enfer.

Ils doivent savoir également que l’égoïsme prime chez les athées et qu’ils sont frustrés d’amour. Ils sont aussi en manque de joie et d’espérance. Leurs familles sont divisées et plus grave encore, ils sont porteurs de haine entre les personnes et les peuples.

Par contre, quand on vit avec la présence de Dieu, c’est le bonheur assuré, l’humanité connait une véritable « civilisation de l’amour » et les hommes se respectent enfin.

Face à de telles affirmations, on est en droit de se demander dans quel monde vit le pape. De quels peuples et de quels hommes parle-t-il ?

Les athées seront certainement étonnés de la manière dont le pape les décrit et du danger qu’ils représentent. Il est difficile de ne pas en conclure qu’ils sont les responsables de tous les conflits, de tous les massacres et des explosions de haine que l’on constate actuellement.

 

Néanmoins, la lecture de ce message du pape m’a conduit à me demander jusqu’à quel point une grande majorité de croyants de toutes religions pouvait adhérer à cette description de l’athéisme et des athées. Je pense que cette description est largement partagée.

Aussi, il m’a semblé nécessaire de proposer une analyse factuelle de l’athéisme.

 

Du fait de sa terminaison en « isme », l’athéisme se doit d’être une doctrine, une théorie, une idéologie. Elle est par définition la doctrine des athées.

Cette doctrine s’exprime en quelques mots : la négation de toutes les divinités tant qu’il ne sera pas prouvé par des preuves tangibles qu’elles peuvent exister. Rien de plus, rien de moins.

C’est certainement la plus simple des doctrines humaines au point qu’on est en droit de se demander si on peut l’appeler doctrine. D’autant plus qu’elle a pour seul but de nier l’existence d’êtres dont il n’a jamais été apporté la moindre preuve de leur réalité.

L’athéisme n’est que le refus du dogme des religions sur l’existence d’un ou des dieux tant qu’on ne leur a pas prouvé le contraire. Il n’est donc pas aussi un dogme comme certains l’affirment, mais son contraire, puisque ce principe peut à tout moment être remis en question.

Doit-on rappeler que le refus des dogmes est le fondement du raisonnement scientifique ?

Il est donc tout à fait cohérent d’affirmer comme Antonio Lopez Campillo et Juan Ignacio Ferreras :

 

« L’athéisme est un isme sans doctrine spécifique ; il se nourrit de la pensée et des découvertes d’autrui, celles des physiciens, des chimistes, des biologistes, des géologues, des anthropologues, des historiens et tant d’autres chercheurs dans le monde. »

 

Mais il est utile d’ajouter que l’athéisme se nourrit avant tout de l’absence totale de preuves de l’existence de dieux.

 

Ainsi les athées ne vivent pas avec l’idée qu’un dieu peut les guider, les contrôler, les punir, les récompenser. Ils ne croient pas à la vie éternelle, et ne se prosternent devant aucune statue.

C’est tout ce que les athées ont en commun. Cela en fait-il une idéologie, une doctrine ?

L’athéisme ne se pratique pas car ce n’est qu’une non-pratique. Ce n’est pas plus une croyance car c’est une non croyance. Prétendre que l’athée est un croyant, c’est considérer qu’un non-conformiste est un conformiste, qu’un non-violent est un violent, qu’un non-voyant est un voyant, etc...

 

L’athéisme ne propose aucune morale, aucune manière de vivre, aucune rencontre, aucune politique, aucune philosophie, aucune idole, aucun texte fondateur, aucun système de pensée, aucune communauté, aucun sentiment, aucun maître, aucune soumission.

L’athéisme n’interdit rien, n’impose rien. Il n’a aucune vision particulière de la société si ce n’est qu’il refuse qu’elle soit soumise à un dieu. L’athéisme n’interdit à personne de croire en Dieu mais implique un refus aux croyants à prétendre diriger la société au nom de ce même Dieu.

L’athéisme ne propose aucune clé du bonheur, ne conseille, ni ne promet rien.

L’athéisme ne peut pas s’imposer et ne peut donc pas être totalitaire car on ne peut imposer ce qui n’est qu’une façon de penser même si elle est aussi simple que l’athéisme.

 

L’athéisme s’arrête à sa définition. Dès que l’on veut aller un peu plus loin que sa définition, on peut trouver autant d’athéismes que d’athées.

Un athée peut être raciste, antiraciste, criminel, bienfaiteur, égoïste, généreux, lâche, courageux, violent, doux, cruel, compatissant. Rien ne définit un athée si ce n’est qu’il est en accord avec l’athéisme comme simple négation des divinités.

Un athée tel Xavier Beauvois peut réaliser un film comme « Des hommes et des Dieux » que la Conférence des évêques de France a qualifié de « chef-d’oeuvre de paix ».

Comment un athée a-t-il pu réaliser un tel « chef d’oeuvre de paix » alors qu’il est censé vivre dans la haine si l’on en croit le pape ?

Faut-il rappeler qu’aucun massacre n’a jamais été perpétré au nom de l’athéisme ? Personne n’a jamais tué au nom de l’athéisme.

 

Il n’y a pas d’athéisme intégriste, fondamentaliste ou extrémiste ou alors tous les athées sont intégristes, fondamentalistes ou extrémistes. On n’est pas plus ou moins athée. L’athéisme n’a pas évolué depuis sa définition. Les athées que l’on traite d’intégristes, de fondamentalistes ou d’extrémistes sont des athées qui ont adhéré à une doctrine particulière en plus de leur athéisme.

Les anticléricaux sont souvent considérés comme des athées extrémistes alors qu’ils adhèrent à une idéologie qui ne concerne pas que les athées. De nombreux croyants sont anticléricaux.

L’athéisme n’est par sa définition ni anticlérical, ni anti-religions.

Des athées peuvent être anticléricaux ou anti-religions, d’autres ne le sont pas.

L’athéisme ne donne de justification à aucun comportement si ce n’est de ne pas aller dans un lieu de culte pour y prier Dieu. Est-ce un danger pour l’humanité ?

 

Une doctrine par définition enferme, donne un cadre. Dans ce cas, l’athéisme serait plutôt une non-doctrine puisqu’il ne fait que s’opposer aux doctrines liées à la croyance en l’existence de dieux. Il n’est concerné par aucun autre sujet.

L’athéisme ne devrait jamais entraîner des débats compliqués sur sa nature car il se rapporte à un sujet qui n’est pas relatif. Un dieu existe ou non. Il n’existe pas en partie ou de manière relative.

L’athéisme n’affirme rien à priori puisqu’il ne fait que répondre à l’affirmation,

« un dieu existe », en demandant des preuves de cette affirmation et en indiquant que tant que ces preuves ne seront pas données ou que des arguments crédibles de la possibilité de son existence ne seront pas fournis, cette affirmation ne peut pas être validée.

Tous les enfants du monde naissent sans Dieu dans leur cerveau. L’athéisme peut donc être considéré comme naturel. Une éducation n’est pas nécessaire pour être athée. L’idée de Dieu vient de l’éducation. Il y a encore quelques siècles, cette idée de Dieu pouvait être simplement le constat de la totale méconnaissance des mécanismes de l’univers et du fonctionnement humain. Il n’y avait aucune raison de ne pas adhérer à l’idée de Dieu qui permettait de donner des explications au fonctionnement de l’homme et de l’univers. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

A titre de comparaison, on peut prendre l’existence ou non des extra-terrestres. Si il est aujourd’hui impossible de donner des preuves de l’existence des extra-terrestres, il existe par contre des arguments scientifiques crédibles de la possibilité de leur existence. C’est la raison pour laquelle il n’existe pas d’équivalent à l’athéisme concernant les extra-terrestres.

L’athéisme dans sa définition générale, ne se démontre pas puisqu’il est impossible de démontrer qu’aucun dieu n’existe. Par contre, l’athéisme quand il s’applique à des dieux en particulier peut se démontrer. Il existe en effet deux sortes de dieux :

 

- ceux qui sont définis comme n’ayant aucune action sur les hommes et l’univers. Leurs définitions ne peuvent pas être soumises à vérification. Il est impossible de démontrer leur existence ou leur inexistence.

 

- ceux qui sont définis comme agissant sur les hommes et l’univers. C’est le cas du Dieu des monothéistes et de certains dieux de la mythologie. Leurs définitions peuvent être soumises à vérification et il doit être possible de démontrer leur existence ou leur inexistence.

 

Ainsi, il est parfaitement possible de démontrer, par exemple, que les déesses greques Héméra et Nyx n’existent pas car elles sont censées apporter le jour et la nuit sur la terre indépendamment du soleil. Le fait de démontrer que le jour et la nuit dépendent du soleil prouve l’inexistence de ces déesses.

Pour affirmer qu’un être existe, on doit pouvoir prouver que ce qui le caractérise est une réalité. A l’inverse, quand on prouve que ce qui caractérise un dieu est faux, l’on démontre que ce dieu, tel qu’on l’a défini n’existe pas. Quand ses caractéristiques s’appliquent au monde du réel, elles sont accessibles à la vérification. Son analyse va ainsi permettre de savoir si ce dieu existe ou non. Cette analyse est tout à fait possible pour le Dieu monothéiste qui est décrit comme donnant la vie et décidant de la mort, comme aidant les pauvres et sauvant les opprimés, etc... Défini comme ayant une action sur le monde réel, l’action du Dieu des monothéistes doit pouvoir être vérifiée. Si elle ne l’est pas, c’est que ce dieu n’existe pas.

L’athéisme est donc, dans certains cas, justifié par l’analyse des faits et des découvertes qui ont amélioré les connaissances sur l’homme et l’univers. Il est néanmoins essentiellement justifié par l’absence totale de preuves de l’existence de dieux. Les athées ne sont que des hommes et des femmes qui sont dans l’attente de ces preuves pour modifier leur façon de penser. Ils ne font que raisonner suivant des principes qui sont à la base de l’évolution des connaissances humaines.

Considérer ce raisonnement comme dangereux montre clairement que l’Inquisition n’est pas de l’histoire ancienne mais reste dans l’esprit de nombreux responsables religieux.

 

Le pape par son message stigmatise les athées en estimant qu’ils sont dangereux pour l’humanité. Doit-on considérer qu’il respecte les athées dans leur dignité et qu’il prône une civilisation de l’amour ?

Pour l’Eglise catholique, la civilisation de l’amour a pour conséquence le rejet de ceux qui ne pensent pas comme elle. Doit-on continuer à la considérer comme une autorité morale ? Il semble temps de se poser la question.

Prétendre que dans un monde sans Dieu, soit celui où vivent les athées, prévalent les égoïsmes, les divisions dans les familles, la haine entre les personnes et les peuples, le manque d’amour, de joie et d’espérance est non seulement contraire à la réalité mais il est le contraire d’un message de paix.

Ce n’est pas un monde sans Dieu qui est un enfer où règne la haine comme l’affirme le pape, mais un monde sans éducation et sans règles de vie commune.

Or l’athéisme ne proposant, ni ne rejetant aucune éducation, ni règles, parce que ce n’est tout simplement pas son objet, ne peut en rien être responsable de l’action individuelle ou collective de qui que ce soit.

Les religions estiment que c’est à elles de guider l’humanité en cherchant à imposer leur vision d’un monde soumis à leurs dieux. Un tel comportement ne peut que créer des conflits et des drames. L’athéisme par son principe de négation des divinités est en opposition avec cette volonté et indique que les religions n’ont aucun monopole à revendiquer sur ce sujet. Ni plus, ni moins.

 

La liberté de pensée et de conscience est certainement un des plus grand progrès de l’humanité. Les religions revendiquent à juste titre cette liberté fondamentale mais en stigmatisant l’athéisme comme il le fait, le pape ne la respecte pas.

Est-il acceptable de revendiquer une liberté pour soi et de la refuser aux autres ?

L’athéisme ne conteste à personne le droit de croire en Dieu et de pratiquer la religion qu’il a choisi.

Un monde sans Dieu n’est certainement pas un enfer mais un monde où l’homme est considéré comme le seul responsable de ses actes.

Est-ce un problème grave pour l’humanité comme le prétendent les religions ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Bach - dans Religions
commenter cet article

commentaires

Gérald 07/01/2017 11:24

Ce que vous dites est très vrai.
L'athéisme ne suppose pas d'idéologie toute faites. Pire! En l'absence de preuve, il "interdit" (à celui qui y adhère) à la moindre idéologie de régner. Encore que, je pense que vous l'accepterez, nous ne sommes pas opposés à une preuve! Encore faut-il qu'elle arrive.
Cependant, l'être humain (nous donc: je sais que j'en fais partie!) a besoin d'une structure mentale, une représentation du monde.
Je me rappelle avoir parler avec un croyant. Pendant quelques secondes, il s'est mis dans la peau d'un Athée. Qu'Est-ce qui l'a inquiété? Non pas de disparaître après la mort. Mais, de ne pas avoir de raison d'être, de ne pas avoir de repères, de définition univoque et non embigue de ce qui est bien ou mal etc...
Précisément, exactement, cette sorte de vide dont vous parlez.
Ce que je regrette, c'est que vous ne parlez pas de ce vertige, réaction à ce vide qui a rejeté mon camarade dans les bras rassurant et cotonneux de la croyance.
Je lui ait dit qu'il n'y avait rien.
Mais, ce qui est beau dans ce "rien", c'est qu'on peut le remplir.
Je vois la vie comme un cahier rempli de pages blanches.
A moi, à moi seul, d'écrire de jolies pages ou des pages moches.
Il serai aussi possible de parler de faire des choses "bonnes" ou "mauvaises". Je "sais" que tout le mal que je peux faire la souffrance que j'impose à autrui ne trouvera aucune compensation. Je sais que chaque victime de la folie des hommes, chaque tué ne renaitra jamais dans un au delà.
Ce me pousse, comme une sorte d'urgence, à être spécialement gentil avec mes camarades humains. C'est urgence plus grande encore que de remplir mes fameuses pages blanches!
C'est un ensemble de faits tout simples. J'essaye, par exemple, de faire en sorte que chaque personne qui rentre dans mon bureau en sorte un peu plus heureuse. En lui donnant des solutions, mais en manifestant aussi de la bonne humeur, tout en me montrant sensible à ses problèmes: exercice parfois délicat.
Bref, en aucun cas l'athéisme peut mener "mécaniquement" à la cruauté.
Pour ma part, c'est exactement le contraire.
Je m'oppose fortement et fermement à ceux qui prétendent s'opposer à l'athéisme du fait qu'il empêcherait la moralité, la bonté ou l'adhésion à des valeurs morales, assez simples pour ma part, vous l'avez constaté.

micolod 04/11/2016 11:17

Je suis athée. Je suis pour une propagation d'un athéisme raisonnable et raisonné, issu d'un scepticime du même cru. Mais dire qu'il n'y a pas de texte fondatuer, c'est dire que l'athéisme n'a pas d'histoire. Dire que l'athéisme n'a pas engendré de massacre, c'st oublier Staline quii massacra au nom de son pouvoir tout puissant, qui ne tolléré pas de dieux, des croyants. Je suis anti religieux, et partage l'an

Olivier Bach 04/11/2016 11:35

Dire que l'athéisme n'a pas de texte fondateur est un fait et cela ne l'empêche en rien d'avoir une histoire. Il suffit pour cela de lire l'excellent livre de Georges Minois, "Histoire de l'athéisme".
Staline n'a massacré personne au nom de l'athéisme. Prétendre le contraire relève de la falsification de l'histoire.

Marie-Claude Leloire 03/11/2016 18:01

article très pertinent !
amitié

Naë 20/11/2015 20:06

Je ne comprends pas où vous voulez en venir lorsque vous affirmez que de grands scientifiques croyaient en un esprit supérieur.
Que faut-il faire? Vénérer quand même dans notre coeur une entité supérieure parce qu'elle a créé notre monde?
Si elle l'a fait grâce à des pouvoirs divins, pourquoi pas. Mais avez-vous pensé que cela pouvait ne pas être le cas? Que cette entité pouvait juste utiliser des moyens technologiques que nous ne connaissons pas?
Quand je mets des bactéries en culture, je leur fournis chaleur, nourriture, atmosphère, etc pour qu'elle puissent vivre. Cela ne fait pas de moi une déesse, pas plus que l'industrie qui produit ces milieux de culture.
Nous ne sommes peut-être que ça: un sujet d'études pour collégiens enfermés dans un immense vivarium. Ou une simulation d'un monde pour voir ce qu'il va se passer ou ce qu'il s'est passé.
Donc même si il y a une/des "entité(s) supérieure(s)" qui existe(nt), elle(s) peut(-vent) ne pas être divine(s). Et rien ne justifierait qu'on lui (leurs) voue un culte.

Ave Caesar 21/04/2015 15:10

Extraordinaire , finalement vous êtes tellement irresponsables que vous êtes exempt de toutes critiques , vous n'avez pas fait de choix , vous avez laissé le Monde aller tel qu'il est ...au minimum vous êtes coupable de non assistance à personne en danger , mais aussi coupable que vous le vouliez ou non d'avoir engendré le COMMUNISME et son cortege d'horreurs !

Olivier Bach 22/04/2015 12:06

Il serait utile que vous expliquiez comment la non croyance en Dieu engendre automatiquement l'idée que la lutte des classes est une nécessité et que la bourgeoisie doit être éliminée.
L'athéisme n'engendre rien, si ce n'est de ne pas croire en Dieu. C'est certainement trop simpliste pour vous, mais c'est pourtant la réalité.

Delkais 08/01/2013 16:48

Vous dites
"Il y a encore quelques siècles, cette idée de Dieu pouvait être simplement le constat de la totale méconnaissance des mécanismes de l’univers et du fonctionnement humain. Il n’y avait aucune
raison de ne pas adhérer à l’idée de Dieu qui permettait de donner des explications au fonctionnement de l’homme et de l’univers. Ce n’est plus le cas aujourd’hui."

C'est un excellent exemple de ce que la propagande athée est capable de faire dire comme délires. Les Hommes ne sont pas capables de dire d'où vient 95% de l'énergie de l'univers, ils ne savent pas
où se trouve 75% de la matière dans l'univers, ils ne savent pas ce qui donne une masse à un atome, ni même la véritable nature de la matière. Ils ne savent pas d'où vient la gravité, ils ne savent
pas ce qui permet de déterminer l'état d'une particule qui se comporte tantôt comme une onde et tantôt comme un corps. Ils ne savent pas comment les bactéries ont réussi à avoir des flagelles,
comment on a pu développer un système immunitaire, mais ils savent qu'aucun de ces systèmes dits "machines moléculaires" n'a pu être issue d'un processus d'évolution darwinien...

De plus, contrairement à ce qu'on pense, souvent la connaissance approfondit la foi. Les plus grands esprits qui ont permis la compréhension sur laquelle vous vous appuiez pour nier l'existence
d'un Dieu étaient croyants, Newton, Planck, Einstein, et tant d'autres, ils ne croyaient peut être pas en un Dieu au sens où la plupart des religions le définissent, mais ils reconnaissent une
harmonie qu'ils associent à un esprit supérieur.

Par conséquent, la condescendance avec laquelle vous semblez regarder ces pauvres croyants qui croient en dépit de ce que la science a démontré ne travaille pas à votre avantage.

Par ailleurs, vos définitions sont fausses et partiales, par simple exemple : "les religions estiment que c'est à elles de guider l'humanité..." je ne sais pas d'où vous sortez cela, mais si vous
revendiquez l'esprit scientifique, vous êtes conscient qu'il faut donner les sources quand on prononce ce genre de déclaration. Je ne vois pas en quoi le shintoïsme veut soumettre le monde à ses
dieux...

Vous dites qu'il n'y a pas eu de massacre au nom de l'athéisme. Je pense que vous avez fait exprès d'oublier les exactions commises par l'union soviétique au nom de l'athéisme, l'atteinte au droit
d'expression et même de culte. La plus grande église à Moscou, l'Église de Christ le Sauveur, a été dynamitée en 1931 pour faire de la place pour un Palais des Soviets mégalomane. Tout cela à un
époque ou seule la propagande antireligieuse était permise, comme les journaux Bezbojnik (Impie) et Ateist (l'Athée).

Chaque idéologie a ses fous et ses criminels. La phrase du pape ne transpire par l'honnêteté, mais votre billet non plus.

Bien cordialement.

bolidx 17/04/2014 13:59

Un intégriste Athée ne pose pas de bombes et ne tue pas de petits enfants car ils sont juifs.
Voilà la différence.

Olivier Bach 14/01/2013 12:36



Merci pour votre commentaire. Je viens d'y répondre dans un nouvel article, "Un article malhonnête?", publié dans la rubrique "religions". Il me semble que l'on peut débattre sereinement de ce
sujet.


Cordialement



Henry Saker 06/06/2012 19:57

Je pense que le titre de l'article aurait pu être :

L'athéisme est-il possible ? Sinon, je vais lire votre lire, il doit être intéressant si vous le proposé à chaque commentateur : J'anticipe, vous m'auriez sans doute conseillé de le lire..

Olivier Bach 07/06/2012 06:47



Heureusement, l'athéisme est possible et même souhaitable. Bonne lecture de mon livre et n'hésitez pas à me faire part de vos critiques.



Myriam 10/01/2012 22:41

Je tenais à vous féliciter pour votre article. Une arguentation claire et structurée, j'adore ! Facile à lire et qui correspond à ma pensée. Je suis tombée dessus par hasard en cherchant la vidéo
où le Pape explique que les nouvelles politiques familiales (mariage homosexuel, familles homoparentales, avortement pour raisons personnelles) sont un danger pour l'Humanité.
Discours selon moi bourré d'intolérance et qui n'incite nullement à la paix et "l'amour de son prochain" (à moins que celui-ci corresponde parfaitement à ce que l'on voudrait qu'il soit, que
l'Eglise voudrait qu'il soit.) J'ai particulièrement aimé le passage où vous rappelez que l'athéisme pourrait être considéré comme naturel car il n'y a pas besoin d'une éducation particulière pour
l'être.
L'Homme à l'état de nature n'est-il pas athée ?

Olivier Bach 11/01/2012 12:27



Merci pour vos compliments. Permettez-moi de vous conseiller de lire mon livre "Dieu et les religions à l'épreuve des faits" qui est téléchargeable gratuitement sur mon blog ou sur le site
inexistencededieu.com. L'argumentation y est beaucoup plus développée après cinq années de recherches sur ce sujet.



blast 19/06/2011 00:12


C'est un article canular ? vous pensez vraiment que les croyances apportent la paix ? vous avez déjà entendu parler de guerre de religion ? Sinon est ce que le mot extrémiste ou attentat vous dit
quelque chose ?


Olivier Bach 19/06/2011 11:46


Votre commentaire est un excellent exemple des difficultés de communication entre les hommes. Comment avez-vous pu conclure de mon article sur l'athéisme que je pensais que les croyances apportent
la paix? Je ne peux que vous inciter à lire mon livre "Dieu et les religions à l'épreuve des faits". Vous constaterez que votre interprétation de mes propos est très loin de correspondre à la
réalité.


Frederic 09/05/2011 21:28


Je ne nie pas que beaucoup d'athée vivent heureux, avec une pars de l'heritage Chrétien au passage même si ils ne veulent pas l'admetre ou le reconnaitre, même Onfray dénonce l'héritage Chrétien
dans laquelle notre civilisation et les athées vivent encore

Mais il y a aussi une pars de l'histoire de l'église que vous ne connaissez pas forcément et qui fausse votre vision peut être, l'église ne découvre pas l'athéisme maintenant, l'église a une
histoire avec l'athéisme ancienne et il faut en tenir compte pour au moins comprendre une partie de tout cela, en voici un petit extrait :

DIVINI REDEMPTORIS
LETTRE ENCYCLIQUE DE SA SAINTETÉ LE PAPE PIE XI ; LE COMMUNISME ATHÉE 19/03/1937
[...]4. En face d'un pareil danger, l'Eglise Catholique ne pouvait se taire et, en fait, elle n'a pas gardé le silence. Le Siège Apostolique, qui a pour mission spéciale la défense de la vérité, de
la justice, de tous les biens éternels niés et combattus, par le communisme, le Siège Apostolique. tout particulièrement, n'a pas manqué d'élever la voix. Depuis l'époque où des groupes
intellectuels prétendirent libérer la civilisation humaine des liens de la morale et de la religion, Nos prédécesseurs attirèrent l'attention du monde, d'une façon claire et explicite, sur les
conséquences de la déchristianisation de la société humaine. Quant au communisme, déjà en 1846, Notre vénéré Prédécesseur, Pie IX, de sainte mémoire, portait une condamnation solennelle, confirmée
plus tard dans le Syllabus, contre " cette doctrine néfaste qu'on nomme le communisme, radicalement contraire au droit naturel lui-même ; pareille doctrine, une fois admise, serait la ruine
complète de tous les droits, des institutions, des propriétés et de la société humaine elle-même " (1).
Plus tard. Notre Prédécesseur, Léon XIII, d'immortelle mémoire, dans son Encyclique Quod Apostolici muneris, définissait le communisme : " Une peste mortelle qui s'attaque à la moelle de la société
humaine et qui l'anéantirait " (2). Avec clairvoyance Léon XIII montrait qu'à l'origine de l'athéisme des masses, en cette époque de progrès technique, se trouve une philosophie qui, depuis des
siècles, tente de séparer la science et la vie de la foi et de l'Eglise.
5. Nous-même, durant Notre pontificat, Nous avons souvent dénoncé, et avec une pressante insistance, les courants d'athéisme qui croissent d'une façon alarmante. En 1924, quand Notre mission de
secours revenait des pays de l'Union Soviétique, Nous avons protesté contre le communisme, dans une allocution spéciale, qui s'adressait au monde entier (3).[...]


encore plus sur mon blog
http://dieu-atheisme.over-blog.com/article-24788845.html


Olivier Bach 18/05/2011 23:34



Il ne me semble pas que ma vision soit faussée par un manque de connaissance de l'histoire de l'église catholique. Au contraire, si vous lisez mon livre, "Dieu et les religions à l'épreuve des
faits" que vous pouvez télécharger sur ce blog, vous constaterez que le passé de la chrétienté y est étudié dans le détail. Vous y trouverez des analyses sur le texte que vous mentionnez ainsi
que sur de nombreux autres documents originaux.